Accueil / Actualités / La réforme du CSF : ce qui va changer en 2018

La réforme du CSF : ce qui va changer en 2018

Chers Amis,

Notre Assemblée générale a voté à l’unanimité la réforme proposée par son Conseil d’Administration le 2 décembre 2018.

Cette réforme, voulue et attendue depuis plusieurs années et plus particulièrement ces 6 derniers mois, est le résultat d’une expérience de terrain, mais aussi le résultat de ce que l’histoire nous a enseigné depuis des décennies de pérégrinations dans la gestion d’une Fédération et plus particulièrement dans les 5 dernières années. Notre objectif et de pallier les faiblesses des anciens modèles d’organisation, et d’apporter aux membres une structure qui répond non seulement mieux aux besoins, mais dont la représentativité sera le reflet exact de la réalité.

Cette réforme s’articule en plusieurs points que nous allons exposer ci-après et nous vous rappelons que vous pouvez nous contacter si vous avez des questions en nous écrivant à info@conseil-spirite.org.

CHANGEMENT DE STATUT DE MEMBRE

Ce point est la clé de voûte de notre réforme, et aura un impact sans précédent sur notre mouvement. À partir du 1er janvier 2018, les membres du CSF ne seront plus les « Centres », mais « personnes physiques ».

Depuis des années, nous constatons des dysfonctionnements liés à ce que nous pourrons d’ores et déjà appeler « l’ancien statut de membre ». En effet, il était très difficile de savoir vraiment d’une part combien le Conseil Spirite Français comptait réellement d’individus, mais aussi il existait un déséquilibre décisionnel où un petit groupe de trois personnes avait le même droit qu’un groupe de cinquante. Par ailleurs, la décision étant centralisée sur un président ou bien un « responsable », la valeur d’un vote n’a pas toujours reflété le souhait de tous les membres qui composent le groupe représenté.

C’est ainsi qu’avec l’ancien système, environ 300 personnes étaient représentées par une quinzaine de personnes, dans des proportions de représentativités extrêmement déséquilibrées, laissant le champ libre à des difficultés liées aux processus décisionnels d’un vote « indirect » par représentation. Le Conseil spirite français ayant toujours laissé une grande liberté à ses membres, il était impensable de demander au responsable de centre de justifier si sa décision reflétait bel et bien le sentiment de ses membres. Ces trois dernières années ont hélas démontré que ce n’était pas toujours le cas et il était nécessaire de prendre des mesures pour que les votes soient le plus représentatifs possible.

Nous avons tout d’abord limité les mandats, puis les procurations, mais cela ne pouvait pas représenter une solution pérenne. De plus, le lobbying a toujours été potentiellement menaçant, et trop de pouvoir concentré sur un nombre restreint de personnes représentait un risque important ; certaines assemblées générales nous ont donné des exemples évidents sur lesquels il convient de méditer. De cette manière, le personnalisme aura beaucoup plus de mal à émerger, car tout le monde sera sur un pied d’égalité et aucun individu ne pourra concentrer un pouvoir plus important.

Il était donc essentiel de revenir à la base du système démocratique, afin de rendre la liberté à chaque individu : le droit de décider lui-même directement, de voter, et de participer à la vie du Mouvement.

Nous savons qu’un courant tenace pense que le nombre de centres est ce qui détermine la représentativité d’une fédération. Il est très facile de démontrer le contraire. Nous pourrions facilement doubler le nombre de centres, sans que la taille de notre fédération n’augmente d’un pouce. Cet artifice illusoire a trop souvent été utilisé et n’a fait que masquer la réalité qui nous rattrapait à chaque événement annuel ou symposium lors desquels la participation demeurait modestement la même. Dès 2014, nous avons voulu mettre un terme à cette illusion en nous orientant vers un système dans lequel nous devions faire face à nos responsabilités en analysant les besoins du terrain sur la base de paramètres réalistes sur l’état de notre mouvement.

Mener une réforme n’est cependant pas une chose aisée, les résistances surviennent et notre fédération a été secouée par de nombreux tourments. C’est pour cette raison qu’il nous a fallu du temps pour être en mesure de la présenter. De nombreuses consultations ont été faites, que ce soit au sein du mouvement spirite ou bien en dehors. Au vu des événements qui secouent le paysage spirite français, il nous est apparu opportun de finalement engager cette réforme pour un mouvement plus juste.

En conséquence dès le 1er janvier 2018 (le site d’inscription n’ouvrira en réalité qu’à partir du 1er février), tout individu pourra adhérer nominativement au Conseil Spirite Français s’il remplit les conditions du règlement intérieur, et pourra voter directement aux assemblées générales ainsi que participer plus activement à la vie de la fédération. Veuillez noter qu’une adhésion est nominative et unique, elle sera toujours considérée comme anonyme. Aucune liste publique ne sera publiée par la fédération, le membre reste libre de faire connaître publiquement son statut ou non.

 

Ainsi, que vous soyez :

– Membre d’un Centre affilié au Conseil Spirite Français (selon l’ancien statut de membre)

– Membre d’un Centre non affilié ou d’une autre Institution sise en France ou non.

– Une personne n’appartement à aucun Centre, mais désirant simplement se joindre au Mouvement spirite

Vous devrez directement postuler et payer votre cotisation auprès du CSF. L’adhésion est libre et directe, sans intermédiaire. Vous pourrez par ailleurs continuer à suivre les activités de votre centre (si vous êtes membre d’un centre). Vous serez conséquemment en mesure d’être informés directement de toutes les activités du CSF, vous pourrez voter, participer à des projets, bénéficier d’avantages divers, réductions de prix sur les événements, les livres, et d’autres avantages à venir que nous dévoileront progressivement.

Vous pourrez effectuer une préadhésion via notre site web ou par courrier postal très bientôt ; celle-ci sera validée ensuite après examen de chaque demande. Le paiement de la cotisation annuelle est fixé à 10 euros.

 

Nous voulons cependant rassurer les éventuels responsables de Centre. Ce système ne remet aucunement en cause leur activité, car le Conseil Spirite Français n’a pas vocation à faire le travail du Centre, mais celui d’une Fédération. Les membres continueront à suivre les activités de leurs centres respectifs. 

Ce qui nous amène au point suivant :

 

CRÉATION DU LABEL « CENTRE AFFILIÉ »

Ce point représente la continuité du statut de Centre, mais dans le sens le plus utile : la représentativité de l’identité par le travail et les bonnes pratiques et non plus comme simple entité administrative comptabilisable. Nous souhaitions pouvoir garantir à toutes les personnes qui nous sollicitent qu’un centre vers qui nous l’orientons sera dans la droite ligne de nos convictions et des bonnes pratiques. Il était essentiel de créer un label de qualité, car les responsabilités d’une recommandation sont grandes. 

Un engagement explicite sera demandé à tous les « Centres affiliés » et bien sûr, la Fédération mettra tout en œuvre pour le soutenir et l’aider à se développer en lui fournissant les appuis nécessaires. Cette synergie est fondamentale pour le succès du mouvement spirite, c’est pourquoi il faut accorder une attention toute particulière à ce qui se passe dans nos Centres, afin que nous puissions proposer au public en demande, une offre représentative de nos convictions conformément aux bases que nous professons.

Un responsable de Centre ou un responsable de groupe pourra donc demander un statut de « Centre affilié » en satisfaisant aux conditions prévues par le nouveau règlement intérieur. La cotisation annuelle est fixée à 30 euros.

Ce qui va principalement changer en 2018 c’est que TOUTE entité constituée de plusieurs personnes, qu’elle soit constituée en association Loi 1901 ou non, pourra être un centre affilié.

Ce principe libérera les initiatives et les potentielles synergies. L’ancien règlement a souvent été un frein pour de nombreux groupes, et nous sommes heureux de pouvoir aujourd’hui apporter cette liberté d’adhésion et de reconnaissance.

 

CRÉATION DU « COMITÉ CONSULTATIF »

Depuis plusieurs années, le Conseil d’administration a souhaité se doter d’une source de conseils externe et objective. Il est bien évident que l’enfermement et le repli d’un groupe peuvent sur la durée faire perdre une part de l’objectivité devant la tâche.

L’idée de ce comité existe depuis de nombreuses années, et n’avait pas pu être concrétisée à cause principalement de la difficulté à trouver le moment approprié ainsi qu’un rôle très clairement défini.

Nous sommes heureux aujourd’hui d’annoncer que nous avons pu faire une proposition équilibrée, afin de donner vie à cette nouvelle cellule de travail, qui aura pour tâche de conseiller, proposer son aide, en conformité avec le code moral auquel nous sommes attachés. Ce comité pourra être consulté par le Conseil d’administration, les responsables de groupes ou Centres, ou bien simplement par les individus membres du Conseil Spirite Français. 

Son rôle est avant tout de témoigner de nos valeurs, de réfléchir à tout ce qui concerne les pratiques afin que nous ne perdions pas de vue nos convictions et nos objectifs. Il ne s’agit nullement d’un groupe de contrôle ni d’une forme d’inquisition, et encore moins d’un audit interne. Les membres de ce comité seront avant tout des Frères et Sœurs qui seront là pour apporter fraternellement leur aide et leur soutien.

Un certain pouvoir leur a été octroyé en cas de crise majeure. Nous avons bien sûr à cœur d’espérer qu’aucune crise majeure ne soit à l’ordre du jour. Il est néanmoins important de savoir que le CSF s’appuiera sur les compétences de ce comité en cas de défiance massive de ses membres envers le corps exécutif (voir notre règlement intérieur).

Ce comité va se constituer tout au long du premier semestre 2018 et nous reviendrons longuement sur sa mise en œuvre.

 

CHANGEMENT DE NOM DE NOTRE INSTITUTION

Notre institution changera de nom d’ici à trois ans. Il a été décidé que le CONSEIL SPIRITE FRANÇAIS deviendra (ou redeviendra si on se place du point de vue historique) l’UNION SPIRITE FRANÇAISE.

Nous avons souhaité renouer avec nos racines et nos traditions.

Le mot « Conseil » a très souvent été critiqué, et il est vrai peut mener à certaines ambiguïtés. Il était essentiel de revenir sur ce point et nous rattacher à ce qui a fait l’essence même de l’identité spirite française, représentée par Léon Denis et Gabriel Delanne.

UNION est un terme tellement plus fort que CONSEIL… l’Union des cœurs restera pour nous la priorité, la vraie Union, et non celle des formules et des citations non suivies des actes, mais l’Union autour de la Fraternité spirite, tolérante, pleine d’Amour, telle que Kardec nous l’a transmise, telle qu’il l’a lui-même reçue par l’intermédiaire de la morale sublime enseignée par Jésus CHRIST dans l’Évangile.

Cette formalité prendra cependant un peu de temps. Changer de nom n’est pas toujours aussi simple, car nous devons composer avec nos propres règlements et statuts afin d’effectuer ces démarches de la façon la plus adéquate.

Nous espérons pouvoir annoncer cette modification symbolique essentielle dans les délais les plus brefs.

 

Voilà pour l’essentiel de cette réforme. Nous espérons que vous aurez encore plus envie de faire la route avec nous pour construire ensemble notre avenir plein de promesses.

Soyons unis et fiers de la noble tâche qui nous est dévolue, de recevoir la Lumière, mais aussi est surtout de la partager et la transmettre.

Bien fraternellement,

Le Conseil d’administration du Conseil Spirite Français

Haut